Un nouvel épisode de violence touche les autochtones du Costa Rica

20 février 2020

Dans une ambiance très tendue, issue de l’usurpation récurrente des terres autochtones dans la région Diquís (au sud-est du Costa Rica), le leader Bribri Mainor Ortíz Delgado du clan Tubölwak a été grièvement blessé par un coup de feu. L’incident a eu lieu dans la localité de Río Azul, dans le territoire Bribri Salitre, le 9 février 2020.

Selon les enquêtes policières, au moment de l’attaque Ortíz Delgado était avec son fils, âgé de 13 ans, qui a témoigné de l’attentat. L’agresseur a été identifié, capturé et présenté par la police devant le tribunal régional, mais 24 heures après son arrestation a été libéré sans mise en garde par le parquet de Buenos Aires, le centre-ville du canton homonyme. Selon les informations émises par la police, le suspect est l’ancien usurpateur non autochtone des terres qui appartiennent à la famille d’Ortíz Delgado. Ces propriétés ont été récupérées par la famille Bribri en 2015.

C’est la troisième agression infligée à cette famille dans les quatorze derniers mois. En 2013, Mainor Ortíz Delgado avait subi une attaque au couteau perpétrée par 10 personnes qui l’ont également torturé avec un fer brulant, marquant sur sa peau le signe de l’exploitation laitière, usurpatrice de leurs terrains.

Cet évènement évoque l’assassinat de Sergio Rojas Ortíz, autre leader Bribri, tué le 18 mars 2019 à Salitre également. Bien que les peuples Bribri, Cabécar et Brörán qui habitent cette région soient protégés par une «mesure de précaution» imposée au gouvernement costaricain par la Commission interaméricaine des droits humains (CIDH), l’inaction institutionnelle est flagrante.

Le conflit remonte au début du XIXe siècle quand le gouvernement a stimulé la migration d’habitants non autochtones vers ces régions afin de promouvoir le « développement » de terres jugées « sans propriétaire » et trop faiblement rattachées à la nation, alors qu’elles appartenaient à ces peuples autochtones.

L’organisation locale Bribri Ditsö Iriria Ajkönuk Wakpa de Salitre a lancé une alerte publique dénonçant l’absence de protection par les autorités, et la persistance d’un régime de terreur mené par des propriétaires de mauvaise foi qui réclament des droits fonciers. Pourtant, toutes les terres en dispute font partie de territoires autochtones dûment reconnus par les lois et décrets officiels.

De son côté, le gouvernement a publié un communiqué de presse regrettant l’incident et soulignant le travail de sa Commission de suivi concernant les mesures de protection imposées par la CIDH. En particulier, les autorités annoncentle déploiement de nouvelles procédures administratives et la mise en place d’une table de négociation entre les parties.

Néanmoins, le Conseil Ditsö Iriria Ajkönuk Wakpa dénie la pertinence des actions gouvernementales et réclame la protection efficace des droits autochtones. Concrètement, le Conseil exige des autorités publiques de faire les enquêtes judiciaires afin de punir les responsables des agressions ; protéger efficacement les droits des peuples autochtones; exercer ses compétences exécutives; et déloger les usurpateurs de terres qui n’ont nul droit foncier.

La CIDH estimait en 2015 quentre le 80 % et le 88 % de la superficie du territoire Bribri de Salitre était usurpée, d’où elle a imposé la mesure de précaution 321-12 pour que les conflitcessent de s’aggraver.

Diego LOBO MONTOYA

Mainor Ortíz Delgado reçoit les premiers soins de la part de la Croix Rouge. Source : Diario digital Informa-tico.com
Mainor Ortíz Delgado reçoit les premiers soins de la part de la Croix Rouge. Source : Diario digital Informa-tico.com

 

Sources :

« Gobierno asegura que intensifica acciones ante el conflicto de tierras indígenas ». Informa-tico.com, 18 février 2020. Lien : https://www.informa-tico.com/18-02-2020/gobierno-asegura-intensifica-acciones-conflicto-tierra-indigenas

« Costa Rica indigenous leader shot amid tensions over land rights ». The Guardian, 17 février 2020. Lien : https://www.theguardian.com/world/2020/feb/17/costa-rica-indigenous-leader-shot-land-rights  

« CIDH. Resolución 15/16. Medida cautelar No. 321-12. Pueblo indígena Teribe y Bribri de Salitre respecto de Costa Rica ». Commission interaméricaine des droits humains, OEA, 30 avril 2015. Lien : https://www.oas.org/es/cidh/decisiones/pdf/2015/MC321-12-ES.pdf


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.