Assassinat d’un leader autochtone du peuple Bribri au Costa Rica

Sergio Rojas Ortíz. Source : Diario Elpais.cr

Lundi soir, 18 mars 2019, Sergio Rojas Ortíz, leader autochtone du peuple Bribri, a été assassiné, a dénoncé un ensemble d’organisations de peuples autochtones du Costa Rica. L’attaque a eu lieu dans sa propre maison, dans la localité de Yeri du territoire Bribri de Salitre, au sud-est du pays. Ce même après-midi, Rojas Ortíz, en compagnie d’autres militants, avait présenté une plainte avant un tribunal pour menaces et agressions proférées par des personnes qui essaient d’usurper les terres des Bribri.

Rojas Ortíz avait survécu à plusieurs tentatives d’homicide, liées à la lutte qu’il menait pour récupérer des terres, relevant  des territoires autochtones, au sud-est du Costa Rica. On considère qu’environ 85 % des territoires autochtones reconnus par l’État demeurent sous contrôle de personnes externes à ces peuples et qui n’ont pas nul droit d’occuper ces terres.

Il avait été incarcéré pendant six mois en 2015, suite à plusieurs accusations formulées sur la base de soupçons, d’envahir des propriétés privées et de détourner des fonds publics. Toutes les plaintes avaient  été classées sans suite.

Dans la région sud-est du pays, habitent les peuples Bribri, Cabécar, Bruncajc, Brörán de Térraba et Ngäbe Buglé, dans 12 territoires reconnus par l’État costaricain et dans le reste de la région. L’origine du conflit se situe au début du XXe siècle, quand les migrants de l’intérieur ont commencé à se déplacer vers ces territoires jusqu’alors habités que par les autochtones.

Le conflit a connu une véritable escalade depuis dix ans, notamment avec l’opposition au projet hydroélectrique El Diquís (PHED, selon l’acronyme en espagnol)  qui impliquait la création d’un grand barrage et un accroissement de la pression des éleveurs non-autochtones sur les territoires autochtones.

Le Bureau de protection du citoyen (DHR, selon l’acronyme en espagnol) a émis un communiqué de presse à la suite de l’assassinat de Sergio Rojas Ortíz. Il indique qu’il venait de déposer, avec d’autres Bribri une plainte contre des attaques à l’explosif dont ils avaient été victimes le vendredi précédent. La situation des droits humains dans le pays s’aggrave ; l’État costaricain a fait l’objet de « mesures de précaution » imposées par la Cour interaméricaine des droits de l’homme (CIDH) en vue de protéger les peuples Bribri, Cabécar et Brörán de Térraba dont les droits sont violés par les institutions étatiques ou par des tiers. Le même Bureau de protection du citoyen (DHR) a précisé que ces mesures de protection n’ont pas été mises en œuvre par l’État costaricain qui invoque des problèmes bureaucratiques pour justifier son manque de réaction.

Des témoins ont dénoncé que, après l’attaque, la police a mis environ une heure et demi pour arriver sur les lieux, bien que les voisins aient averti les autorités sur le champ en précisant avoir entendu au moins quinze coups de feu.

Le président de la République, Carlos Alvarado Quesada, a condamné l’assassinat de Rojas Ortíz mais il en attribue la responsabilité directe à l’absence de mesures protectrices pour les autochtones. Celles-ci sont pourtant de la responsabilité de son propre gouvernement. Il estime que la situation est très complexe et mérite l’attention d’une Commission ad hoc que lui-même a nommée au début de l’année 2019. Celle-ci n’a encore rendu aucun résultat.

Diego LOBO MONTOYA

Odile HOFFMANN

Irène BELLIER 

Sources 

« Organizaciones denuncian asesinato de dirigente indígena Sergio Rojas », Semanario Universidad, 19/03/2019. Lien : https://semanariouniversidad.com/pais/organizaciones-denuncian-asesinato-de-dirigente-indigena-sergio-rojas/

« Líder indígena fue asesinado horas después de interponer denuncia en Fiscalía », CRHoy, diario digital, 19/03/2019. Lien : https://www.crhoy.com/nacionales/lider-indigena-fue-asesinado-horas-despues-de-interponer-denuncia-en-fiscalia/

« Pronunciamiento de la Defensoría de los Habitantes de la República de Costa Rica ante asesinato de dirigente indígena bribri », Communiqué de presse, 19/03/2019. Lien : http://www.dhr.go.cr/informacion_relevante/comunicados/2019/marzo/13_asesinato_sergio_rojas.pdf

« Alvarado condena asesinato de indígena y evita valorar eficacia de medidas para garantizar seguridad », Semanario Universidad, 19/03/2019. Lien : https://semanariouniversidad.com/destacadas/alvarado-condena-asesinato-de-indigena-y-evita-valorar-eficacia-de-medidas-para-garantizar-seguridad/


Cite this article as: {Lobo Montoya, Diego; Hoffmann, Odile; Bellier, Irène}, "{Assassinat d’un leader autochtone du peuple Bribri au Costa Rica}," in {Points de fuite : à la recherche des sentiers écosophiques}, {27/03/2019}, {https://sentierseco.hypotheses.org/100}.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.