La comprensión de la crisis ecológica por la vía de las catástrofes meteorológicas: acontecimientos recientes y lecciones aprendidas en Costa Rica

Dès maintenant, le chapitre d’ouvrage intitulé « La comprensión de la crisis ecológica por la vía de las catástrofes meteorológicas: acontecimientos recientes y lecciones aprendidas en Costa Rica » est disponible dans l’Archive ouverte HAL. Ce texte appartient au livre « Climate change, environmental treaties and human rights » publié en mai 2018.

« Cet article propose l’intégration analytique des évènements météorologiques extrêmes avec la compréhension de la crise écologique planétaire. Cette proposition s’appuie sur l’analyse d’un évènement spécifique qui a eu lieu récemment au Costa Rica. L’objectif de l’essai est de réfléchir sur les conséquences sociales qui se sont produites par ces évènements et les scénarios qu’ils ouvrent dans le contexte des problèmes écologiques planétaires ».

Pour y accéder au chapitre, veuillez cliquer sur le lien suivant  : https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-02564754v1

ϒ

A partir de este momento, el capítulo titulado «  La comprensión de la crisis ecológica por la vía de las catástrofes meteorológicas: acontecimientos recientes y lecciones aprendidas en Costa Rica » se encuentra disponible en el Archivo abierto de HAL. Este texto forma parte del libro « Climate change, environmental treaties and human rights » publicado en mayo del 2018.

« El presente ensayo propone la articulación analítica de eventos meteorológicos extremos con el advenimiento y la comprensión de la crisis ecológica planetaria, a partir de un contexto y de una situación específica. Algunos acontecimientos recientes en Costa Rica permiten reflexionar sobre el impacto social que generan este tipo de eventos, y los escenarios que estos estremecimientos abren o consolidan en el contexto de los problemas ecológicos globales ».

Para acceder al capítulo, por favor ingrese al siguiente vínculo: https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-02564754v1

Costa Rica : la chasse impunie des dirigeants autochtones. Un autre leader Brörán assassiné à Térraba / Costa Rica: la impune caza de dirigentes indígenas. Otro líder Brörán asesinado en Térraba

Jerhy Rivera Rivera, dirigeant Brörán de Térraba assassiné pendant la reprise de terres usurpées. Source : Semanario Universidad.

Français

Lundi 24 février soir, l’activiste Jerhy Rivera Rivera qui défendait les terres Brörán a été assassiné par coups de feu pendant une manifestation de reprise de terres usurpées dans la localité Dobón Órcuo (Mano de Tigre), territoire Brörán de Térraba au sud-est du Costa Rica.

Cet évènement est le troisième épisode de violence récent après l’homicide de Sergio Rojas Ortíz, tué le 18 mars 2019 dans le territoire Bribri de Salitre, et l’agression par coups de feu subie par Mainor Ortíz Delgado le 9 février 2020, à Salitre également.

D’après les communications personnelles tenues avec les leaders autochtones de la région du Diquís, les populations locales sont en état d’alerte à cause de la vague de meurtres qui affecte les autochtones. La situation actuelle est tendue et empire à cause de l’impunité judiciaire qui règne, de l’inaction de l’Exécutif et de la campagne médiatique qui accuse les autochtones d’être à l’origine du conflit.

En 2015, la Commission interaméricaine des droits humains (CIDH) a rappelé aux autorités publiques leurs obligations de protéger les droits fondamentaux des populations autochtones des territoires Bribri de Salitre et Brörán de Térraba. Néanmoins, la réponse du gouvernement devant les agressions reste toujours faible et insuffisante.

Le conflit existant dans cette région, comme dans d’autres régions autochtones du pays, date du début du XIXe siècle quand l’État costaricain a stimulé la migration d’habitants non autochtones vers les territoires habités par ces peuples. À ce moment-là, les gouvernements promouvaient le « développement » des terres supposées « sans propriétaire » afin de consolider le territoire et promouvoir le progrès national.

L’augmentation de la violence contre les peuples autochtones est un symptôme de la très mauvaise situation des droits humains dans le pays. La flagrante inaction des autorités publiques frôle le racisme, dans une société qui encore aujourd’hui se considère comme blanche et européenne. Les meurtres et agressions subis par les populations autochtones constituent la pointe de l’iceberg d’une violation systématique des droits des peuples autochtones dans le pays, plus évidente chaque jour.

P.-S. : Voici le communiqué de presse émet par les autorités traditionnelles Brörán de Térraba et Bribri de Salitre : COMUNICADO DE PRENSA BRORAN y BRIBRI 26 02 20 rev

Sources :

« Otro indígena asesinado en la zona sur ». Semanario Universidad, 25 février 2020. Lien : https://semanariouniversidad.com/destacadas/otro-indigena-asesinado-en-la-zona-sur/

« Dirigente indígena asesinado durante acción para recuperar tierras en Térraba ». Diario digital ElPais.cr, 25 février 2020. Lien : http://www.elpais.cr/2020/02/25/dirigente-indigena-asesinado-durante-accion-para-recuperar-tierras-en-terraba/

« Defensoría entrega informe a la CIDH sobre asesinato de líder indígena ». Diario digital ElPais.cr, 25 février 2020. Lien : http://www.elpais.cr/2020/02/25/defensoria-entrega-informe-a-la-cidh-sobre-asesinato-de-dirigente-indigena/

« CIDH. Resolución 15/16. Medida cautelar No. 321-12. Pueblo indígena Teribe y Bribri de Salitre respecto de Costa Rica ». Commission interaméricaine des droits humains, OEA, 30 avril 2015. Lien : https://www.oas.org/es/cidh/decisiones/pdf/2015/MC321-12-ES.pdf

Diego LOBO MONTOYA

/

Español

La noche del lunes 24 de febrero 2020, el activista Jehry Rivera Rivera quien defendía las tierras Brörán de Térraba, fue asesinado a balazos durante la recuperación de una propiedad usurpada en la localidad de Dobón Órcuo (Mano de Tigre), en el territorio Brörán de Térraba, al sureste de Costa Rica.

Este atentado es el tercer episodio de violencia reciente, después del asesinato de Sergio Rojas Ortíz, muerto el 18 de marzo 2019 en el territorio Bribri de Salitre, y la agresión con arma de fuego sufrida por Mainor Ortíz Delgado el 9 de febrero pasado, también en Salitre.

Según las conversaciones personales con algunos líderes indígenas de la región del Diquís, las poblaciones locales se encuentran en máxima alerta debido a la ola de agresión que afecta a los indígenas. La situación actual es tensa y tendiente a empeorar debido a la imperante impunidad judicial, la inacción del Poder Ejecutivo y de la campaña mediática que acusa a los indígenas de originar el conflicto.

En 2015 la Comisión Interamericana de Derechos Humanos (CIDH) advirtió a las autoridades públicas sus obligaciones de proteger los derechos fundamentales de los pueblos indígenas Brörán de Térraba y Bribri de Salitre. No obstante, la respuesta del gobierno es débil e insuficiente.

Este conflicto, existente también en las demás regiones indígenas del país, remonta a inicios del siglo XIX, cuando el Estado costarricense estimuló la migración de población no indígena hacia los territorios habitados por estos pueblos. En ese momento, los gobiernos promovían el « desarrollo » de tierras consideradas « ociosas o baldías », para así consolidar el territorio y el « progreso nacional ».

El aumento de la violencia contra los pueblos indígenas es un síntoma del deterioro sistemático de la situación de los derechos humanos en el país. La flagrante inacción de las autoridades públicas roza el racismo en una sociedad que todavía hoy, se considera a sí misma blanca y europea. Los asesinatos y las agresiones sufridas por los pueblos indígenas constituyen apenas la punta del iceberg de una violación sistemática de los derechos fundamentales de estas poblaciones, que es más evidente y grave día con día.

P. S.: Aquí el comunicado de prensa emitido por las autoridades tradicionales Brörán de Térraba y Bribri de Salitre: COMUNICADO DE PRENSA BRORAN y BRIBRI 26 02 20 rev

Fuentes:

« Otro indígena asesinado en la zona sur ». Semanario Universidad, 25 février 2020. Lien : https://semanariouniversidad.com/destacadas/otro-indigena-asesinado-en-la-zona-sur/

« Dirigente indígena asesinado durante acción para recuperar tierras en Térraba ». Diario digital ElPais.cr, 25 février 2020. Lien : http://www.elpais.cr/2020/02/25/dirigente-indigena-asesinado-durante-accion-para-recuperar-tierras-en-terraba/

« Defensoría entrega informe a la CIDH sobre asesinato de líder indígena ». Diario digital ElPais.cr, 25 février 2020. Lien : http://www.elpais.cr/2020/02/25/defensoria-entrega-informe-a-la-cidh-sobre-asesinato-de-dirigente-indigena/

« CIDH. Resolución 15/16. Medida cautelar No. 321-12. Pueblo indígena Teribe y Bribri de Salitre respecto de Costa Rica ». Commission interaméricaine des droits humains, OEA, 30 avril 2015. Lien : https://www.oas.org/es/cidh/decisiones/pdf/2015/MC321-12-ES.pdf

Diego LOBO MONTOYA

Un nouvel épisode de violence touche les autochtones du Costa Rica

Mainor Ortíz Delgado reçoit les premiers soins de la part de la Croix Rouge. Source : Diario digital Informa-tico.com

20 février 2020

Dans une ambiance très tendue, issue de l’usurpation récurrente des terres autochtones dans la région Diquís (au sud-est du Costa Rica), le leader Bribri Mainor Ortíz Delgado du clan Tubölwak a été grièvement blessé par un coup de feu. L’incident a eu lieu dans la localité de Río Azul, dans le territoire Bribri Salitre, le 9 février 2020.

Selon les enquêtes policières, au moment de l’attaque Ortíz Delgado était avec son fils, âgé de 13 ans, qui a témoigné de l’attentat. L’agresseur a été identifié, capturé et présenté par la police devant le tribunal régional, mais 24 heures après son arrestation a été libéré sans mise en garde par le parquet de Buenos Aires, le centre-ville du canton homonyme. Selon les informations émises par la police, le suspect est l’ancien usurpateur non autochtone des terres qui appartiennent à la famille d’Ortíz Delgado. Ces propriétés ont été récupérées par la famille Bribri en 2015.

C’est la troisième agression infligée à cette famille dans les quatorze derniers mois. En 2013, Mainor Ortíz Delgado avait subi une attaque au couteau perpétrée par 10 personnes qui l’ont également torturé avec un fer brulant, marquant sur sa peau le signe de l’exploitation laitière, usurpatrice de leurs terrains.

Cet évènement évoque l’assassinat de Sergio Rojas Ortíz, autre leader Bribri, tué le 18 mars 2019 à Salitre également. Bien que les peuples Bribri, Cabécar et Brörán qui habitent cette région soient protégés par une «mesure de précaution» imposée au gouvernement costaricain par la Commission interaméricaine des droits humains (CIDH), l’inaction institutionnelle est flagrante.

Le conflit remonte au début du XIXe siècle quand le gouvernement a stimulé la migration d’habitants non autochtones vers ces régions afin de promouvoir le « développement » de terres jugées « sans propriétaire » et trop faiblement rattachées à la nation, alors qu’elles appartenaient à ces peuples autochtones.

L’organisation locale Bribri Ditsö Iriria Ajkönuk Wakpa de Salitre a lancé une alerte publique dénonçant l’absence de protection par les autorités, et la persistance d’un régime de terreur mené par des propriétaires de mauvaise foi qui réclament des droits fonciers. Pourtant, toutes les terres en dispute font partie de territoires autochtones dûment reconnus par les lois et décrets officiels.

De son côté, le gouvernement a publié un communiqué de presse regrettant l’incident et soulignant le travail de sa Commission de suivi concernant les mesures de protection imposées par la CIDH. En particulier, les autorités annoncentle déploiement de nouvelles procédures administratives et la mise en place d’une table de négociation entre les parties.

Néanmoins, le Conseil Ditsö Iriria Ajkönuk Wakpa dénie la pertinence des actions gouvernementales et réclame la protection efficace des droits autochtones. Concrètement, le Conseil exige des autorités publiques de faire les enquêtes judiciaires afin de punir les responsables des agressions ; protéger efficacement les droits des peuples autochtones; exercer ses compétences exécutives; et déloger les usurpateurs de terres qui n’ont nul droit foncier.

La CIDH estimait en 2015 quentre le 80 % et le 88 % de la superficie du territoire Bribri de Salitre était usurpée, d’où elle a imposé la mesure de précaution 321-12 pour que les conflitcessent de s’aggraver.

Diego LOBO MONTOYA

Mainor Ortíz Delgado reçoit les premiers soins de la part de la Croix Rouge. Source : Diario digital Informa-tico.com
Mainor Ortíz Delgado reçoit les premiers soins de la part de la Croix Rouge. Source : Diario digital Informa-tico.com

 

Sources :

« Gobierno asegura que intensifica acciones ante el conflicto de tierras indígenas ». Informa-tico.com, 18 février 2020. Lien : https://www.informa-tico.com/18-02-2020/gobierno-asegura-intensifica-acciones-conflicto-tierra-indigenas

« Costa Rica indigenous leader shot amid tensions over land rights ». The Guardian, 17 février 2020. Lien : https://www.theguardian.com/world/2020/feb/17/costa-rica-indigenous-leader-shot-land-rights  

« CIDH. Resolución 15/16. Medida cautelar No. 321-12. Pueblo indígena Teribe y Bribri de Salitre respecto de Costa Rica ». Commission interaméricaine des droits humains, OEA, 30 avril 2015. Lien : https://www.oas.org/es/cidh/decisiones/pdf/2015/MC321-12-ES.pdf

La sinuosité de la recherche

La recherche, aussi nommée investigation d’après le latin « investigationem » qui signifie « suivre à la trace », mène au sujet qui suit une trace particulière vers la sinueuse et risquée « découverte de l’inconnu ».

Bien que ce principe soit rationnellement accepté par la plupart de chercheurs et chercheuses, les dérives complexes qu’il implique ne sont pas faciles à comprendre ni surmonter.

D’un côté, on peut identifier que « la découverte » ne l’est jamais dans le sens du scientisme, mais l’est tout à fait du point de vue d’expérience subjective de se lancer à la quête. De l’autre, « l’inconnu » implique également l’immersion dans l’indéterminé, soit rationnel ou irrationnellement.

Quoiqu’elle soit, l’investigation oblige d’aller vers l’inconnu et ensuite, de se submerger dans les profondeurs de la vie, qui est elle-même toujours sinueuse et risquée.

Assassinat d’un leader autochtone du peuple Bribri au Costa Rica

Sergio Rojas Ortíz. Source : Diario Elpais.cr

Lundi soir, 18 mars 2019, Sergio Rojas Ortíz, leader autochtone du peuple Bribri, a été assassiné, a dénoncé un ensemble d’organisations de peuples autochtones du Costa Rica. L’attaque a eu lieu dans sa propre maison, dans la localité de Yeri du territoire Bribri de Salitre, au sud-est du pays. Ce même après-midi, Rojas Ortíz, en compagnie d’autres militants, avait présenté une plainte avant un tribunal pour menaces et agressions proférées par des personnes qui essaient d’usurper les terres des Bribri.

Rojas Ortíz avait survécu à plusieurs tentatives d’homicide, liées à la lutte qu’il menait pour récupérer des terres, relevant  des territoires autochtones, au sud-est du Costa Rica. On considère qu’environ 85 % des territoires autochtones reconnus par l’État demeurent sous contrôle de personnes externes à ces peuples et qui n’ont pas nul droit d’occuper ces terres.

Il avait été incarcéré pendant six mois en 2015, suite à plusieurs accusations formulées sur la base de soupçons, d’envahir des propriétés privées et de détourner des fonds publics. Toutes les plaintes avaient  été classées sans suite.

Dans la région sud-est du pays, habitent les peuples Bribri, Cabécar, Bruncajc, Brörán de Térraba et Ngäbe Buglé, dans 12 territoires reconnus par l’État costaricain et dans le reste de la région. L’origine du conflit se situe au début du XXe siècle, quand les migrants de l’intérieur ont commencé à se déplacer vers ces territoires jusqu’alors habités que par les autochtones.

Le conflit a connu une véritable escalade depuis dix ans, notamment avec l’opposition au projet hydroélectrique El Diquís (PHED, selon l’acronyme en espagnol)  qui impliquait la création d’un grand barrage et un accroissement de la pression des éleveurs non-autochtones sur les territoires autochtones.

Le Bureau de protection du citoyen (DHR, selon l’acronyme en espagnol) a émis un communiqué de presse à la suite de l’assassinat de Sergio Rojas Ortíz. Il indique qu’il venait de déposer, avec d’autres Bribri une plainte contre des attaques à l’explosif dont ils avaient été victimes le vendredi précédent. La situation des droits humains dans le pays s’aggrave ; l’État costaricain a fait l’objet de « mesures de précaution » imposées par la Cour interaméricaine des droits de l’homme (CIDH) en vue de protéger les peuples Bribri, Cabécar et Brörán de Térraba dont les droits sont violés par les institutions étatiques ou par des tiers. Le même Bureau de protection du citoyen (DHR) a précisé que ces mesures de protection n’ont pas été mises en œuvre par l’État costaricain qui invoque des problèmes bureaucratiques pour justifier son manque de réaction.

Des témoins ont dénoncé que, après l’attaque, la police a mis environ une heure et demi pour arriver sur les lieux, bien que les voisins aient averti les autorités sur le champ en précisant avoir entendu au moins quinze coups de feu.

Le président de la République, Carlos Alvarado Quesada, a condamné l’assassinat de Rojas Ortíz mais il en attribue la responsabilité directe à l’absence de mesures protectrices pour les autochtones. Celles-ci sont pourtant de la responsabilité de son propre gouvernement. Il estime que la situation est très complexe et mérite l’attention d’une Commission ad hoc que lui-même a nommée au début de l’année 2019. Celle-ci n’a encore rendu aucun résultat.

Diego LOBO MONTOYA

Odile HOFFMANN

Irène BELLIER 

Sources 

« Organizaciones denuncian asesinato de dirigente indígena Sergio Rojas », Semanario Universidad, 19/03/2019. Lien : https://semanariouniversidad.com/pais/organizaciones-denuncian-asesinato-de-dirigente-indigena-sergio-rojas/

« Líder indígena fue asesinado horas después de interponer denuncia en Fiscalía », CRHoy, diario digital, 19/03/2019. Lien : https://www.crhoy.com/nacionales/lider-indigena-fue-asesinado-horas-despues-de-interponer-denuncia-en-fiscalia/

« Pronunciamiento de la Defensoría de los Habitantes de la República de Costa Rica ante asesinato de dirigente indígena bribri », Communiqué de presse, 19/03/2019. Lien : http://www.dhr.go.cr/informacion_relevante/comunicados/2019/marzo/13_asesinato_sergio_rojas.pdf

« Alvarado condena asesinato de indígena y evita valorar eficacia de medidas para garantizar seguridad », Semanario Universidad, 19/03/2019. Lien : https://semanariouniversidad.com/destacadas/alvarado-condena-asesinato-de-indigena-y-evita-valorar-eficacia-de-medidas-para-garantizar-seguridad/


Cite this article as: {Lobo Montoya, Diego; Hoffmann, Odile; Bellier, Irène}, "{Assassinat d’un leader autochtone du peuple Bribri au Costa Rica}," in {Points de fuite : à la recherche des sentiers écosophiques}, {27/03/2019}, {https://sentierseco.hypotheses.org/100}.

Parution – Livre : « Climate change, environmental treaties and human rights »

FR

Le 5 juin a été publié le livre « Climate change, environmental treaties and human rights ». Ágora 21: Rio de Janeiro. 2018.

Cet ouvrage collectif est parti d’un effort international vers la discussion du problème de la démocratie réellement existante, face aux grands défis de la crise écologique planétaire.

J’ai eu l’opportunité de rédiger un chapitre de ce livre, intitulé : « La compréhension de la crise écologique à travers des événements météorologiques catastrophiques : incidents récents et leçons apprises au Costa Rica ».

Je suis très reconnaissant avec le professeur Pedro C. S. Avzaradel de l’Université Fédérale Fluminense et postdoctorant de l’Université Paris I, pour l’invitation à participer de cet effort, son soutien et sa magnifique coordination du travail.

ES

El 5 de junio fue publicado el libro « Climate change, environmental treaties and human rights ». Ágora 21: Rio de Janeiro. 2018.

Esta obra colectiva forma parte de un esfuerzo internacional por discutir el problema de la democracia realmente existente, frente a los colosales desafíos de la crisis ecológica planetaria.

Tuve la oportunidad de participar de escribir un capítulo de esta obra, titulado « La comprensión de la crisis ecológica planetaria a través de eventos meteorológicos extremos: acontecimientos recientes y lecciones aprendidas en Costa Rica ».

Toda mi gratitud para el profesor Pedro C. S. Avzaradel de la Universidad Federal Fluminense y postdoctorando de l’Université Paris I, por la invitación a participar de este esfuerzo, su apoyo y su magnífica coordinación del trabajo.

Lien d’achat du livre / Enlace para la compra del libro : https://editoramultifoco.com.br/loja/product/climate-change/

Voici la couverture du livre et la table de matières / Aquí la portada y el índice de la obra : CC env treaties and H rights Avz and Parola 2018 Index

Premiers pas. Le point de vue.

FR

Cette recherche doctorale se propose l’exploration analytique de deux champs de conflits qui sont, à la fois, sociaux et politiques. Ces champs se définissent par l’émergence de disputes entre plusieurs acteurs concernés par, ou liés aux deux grands projets d’aménagement qui touchent différentes formes de « territoires » des peuples autochtones du sud-est du Costa Rica. Les deux projets sont de caractère international et ils s’appuient sur une conception spécifique du développement durable, qu’on peut identifier comme « institutionnelle » car elle est diffusée et soutenue par des institutions internationales telles comme l’ONU ou le « Proyecto Mesoamérica ».

La configuration de ces champs est bien plus complexe que la simple confrontation entre les institutions qui réalisent les projets (nationales et internationales) et les organisations autochtones (y compris ses différents alliés). Une première approximation empirique a éclairé qu’ils s’agissent des disputes très complexes et, que la supposition d’une configuration binaire est inutile et inappropriée. En conséquence, la complexité de ces enjeux se manifeste sous la forme d’enchaînements dynamiques entre les acteurs concernés ou liés à travers des processus en constant changement.

 

ES

La presente investigación doctoral se propone la exploración de dos campos de conflicto que son, simultáneamente, sociales y políticos. Dichos campos se definen por la emergencia de disputas entre múltiples actores concernidos o ligados a dos grandes proyectos de « desarrollo » que afectan distintas formas de « territorios » de los pueblos indígenas del sureste de Costa Rica. Ambos proyectos son de carácter internacional y se fundan en una concepción muy específica del « desarrollo sostenible » que es posible denominar como « institucional », en el sentido de que es difundida y apoyada por instancias internacionales como la ONU y el Proyecto Mesoamérica.

La configuración de estos campos es mucha más compleja que la simple confrontación entre las instituciones que ejecutan los proyectos (nacionales e internacionales) y las organizaciones indígenas (incluyendo a sus distintos aliados). Una primer aproximación empírica ha esclarecido que se trata de disputas de gran complejidad y que la suposición de una configuración binaria es inapropiada e inconveniente. Consecuentemente, la profusa imbricación que constituye estas disputas se manifiesta a través de encadenamientos dinámicos entre los actores concernidos o vinculados a través de procesos de cambio continuo.

Article (2016) – Des rêves cauchemardesques : propagation du tourisme d’élite et dégradation écologique dans la côte Pacifique central du Costa Rica (en espagnol)

L’article intitulé : « Sueños que son pesadillas : propagación del turismo de élite y degradación ecológica en el Pacífico Central de Costa Rica » discute de l’avènement de l’industrie du tourisme d’élite et sa relation avec les multiples formes de dégradation systémique qui se déroulent dans le fragile contexte de la Plage Herradura, dans le Pacifique central du Costa Rica. La principale considération dans cette discussion est comment la transmutation spatiale et écologique a sévèrement affecté les socioécosystèmes locaux, créant un symbolisme puissant. De l’accaparement des terres et de l’exploitation touristique des écosystèmes à la sécession des « gagnants » et à la ghettoïsation de la population locale, ce phénomène montre le caractère pathologique du « développement ».

Cuadernos Inter.c.a.mbio sobre Centroamérica y el Caribe
Vol. 13, No. 2 julio-diciembre, 2016, ISSN: 1659-0139

Lien DOI : https://doi.org/10.15517/c.a..v13i2.26694

Resumen 

Este ensayo propone una discusión sobre el advenimiento de la industria turística de élite y su relación con múltiples formas de degradación sistémica que tienen lugar en el frágil contexto de Playa Herradura, en el Pacífico Central de Costa Rica. Para ello, se considera primordialmente como una transmutación espacial y ecológica, con un potente correlato simbólico y estructural, el cual ha impactado severamente al socio-ecosistema local. Desde el acaparamiento de tierras y la “turistización” de los ecosistemas, hasta la secesión de los “triunfadores” y la guetificación de la población local, dicho fenómeno muestra el carácter patológico del “desarrollo”.

Palabras clave 

Turismo de élite; desarrollo; guetificación; degradación; crisis

Abstract 

This paper discuses the advent of the elite tourism industry and its relation to multiple forms of systemic degradation that are taking place in the fragile context of Playa Herradura, in the Central Pacific of Costa Rica. The primary consideration in this discussion is how the spatial and ecological transmutation has severely impacted the local socio-ecosystems, creating powerful symbolism. From land grabbing and touristic exploitation of ecosystems, to the secession of the “winners” and the ghettoization of the local population, this phenomenon shows the pathological character of “development”.

Keywords 

Elite tourism; development; ghettoization; degradation; crisis

Points de fuite : à la recherche des sentiers écosophiques

FR

Bienvenu·e·s ! Ce carnet de recherche vise à partager les informations et les progrès obtenus par un projet de recherche sur la conflictualité qui pose le soi-disant « développement durable » chez les peuples et les territoires autochtones au sud-est du Costa Rica, en Amérique centrale. Cette recherche est associée au laboratoire URMIS de l’Université de Paris et au projet interinstitutionnel et collaboratif LMI MESO.

Diego LOBO MONTOYA est doctorant en Sociologie et anthropologie à l’Université de Paris, sous la direction de Odile HOFFMANN. L’auteur est boursier de l’Université du Costa Rica, à travers du Bureau d’affaires internationales (OAICE, selon l’acronyme en espagnol) et du Gouvernement français, à travers de l’Institut français d’Amérique centrale (IFAC) et Campus France.

ES

¡Bienvenido (a, s)! Este cuaderno de investigación procura compartir informaciones y avances de un proyecto de investigación sobre la conflictividad que supone la implementación del denominado « desarrollo sostenible » en pueblos y territorios autóctonos del sureste de Costa Rica, en América Central. Esta investigación se enmarca en el Laboratorio URMIS de la Université de Paris y en el proyecto interinstitucional y colaborativo LMI MESO.

Diego LOBO MONTOYA es doctorando en Sociología y antropología de la Université de Paris, bajo la dirección de Odile HOFFMANN. El autor es becario de la Universidad de Costa Rica, a través de la Oficina de Asuntos Internacionales y Cooperación Externa (OAICE) y del gobierno francés, a través del Instituto Francés de América Central (IFAC) y Campus France.

EN

Welcome! This research notebook aims to share the information and progress achieved by a research project on conflictuality that poses the so-called « sustainable development » among indigenous peoples and territories in southeastern Costa Rica, in Central America. This research is associated with the URMIS laboratory of Université de Paris and the interinstitutional and collaborative project LMI MESO.

Diego LOBO MONTOYA is a PhD student in Sociology and Anthropology at Université de Paris, under the direction of Odile HOFFMANN. The author is a Fellow of the University of Costa Rica, through the International Affaires Office (OAICE, acronym in Spanish) and the French Government, through the Institut français d’Amérique centrale (IFAC) et Campus France.